Les Patriots reviennent de l’enfer pour remporter un Super Bowl historique

636219306346024037-super-bowl83

Tom Brady est légendaire et il a mené son équipe vers un nouveau Super Bowl qui restera dans les annales de la NFL.

Les Patriots étaient menés 28-3 au milieu du troisième quart-temps. La ligne offensive est en souffrance face au front seven des Falcons et Brady (43/62, 466 yards, 2 touchdowns, 1 interception) est tout le temps sous pression et il est donc obligé de forcer. Il se fait intercepter par Robert Alford dans le second quart-temps qui remonte la balle jusqu’au touchdown. Matt Ryan (17/23, 284 yards, 2 touchdowns) distribue parfaitement le jeu et Devonta Freeman (11 courses, 75 yards, 1 touchdown + 2 réceptions, 46 yards) perfore la défense à tout va. Rien ne va chez les Patriots.

Cependant, un champion ne meurt jamais et les Patriots entament une remontée avec à la baguette, le meilleur quarterback de l’histoire, Tom Brady accompagné de James White.
C’est tout d’abord White (14 réceptions, 110 yards, 1 touchdown + 6 courses, 29 yards, 2 touchdowns) qui marque le touchdown sur une passe de 5 yards du quarterback mais la transformation est loupé par Gostkowski (28-9 Falcons). La défense tient bon et redonne la balle à l’attaque à chaque possession des Falcons. Le kicker des Pats se rattrape et trouve la mire pour réduire la marque via un field goal (28-12 Falcons). Brady continue son festival et c’est Danny Amendola (8 réceptions, 78 yards, 1 touchdown) qui marque son touchdown et White réussit la transformation à 2 points sur une course (28-20 Falcons). Après un nouveau stop de la défense, il faut à tout prix égaliser! Le drive de l’égalisation survit grâce à une réception irréelle de Julian Edelman (5 réceptions, 87 yards)  et pour égaliser on reprend les mêmes et on recommence! Mais cette fois c’est White qui marque le touchdown et c’est Amendola qui convertit le touchdown à 2 points. Prolongations nous voilà.

C’est New England qui remporte le toss des prolongations et ils décident de recevoir en premier. Le momentum est du côté du Massachusetts et rien ne semble pouvoir leur arriver. Brady remonte petit à petit le terrain en jouant parfaitement et après une interférence défensive sur Martellus Bennett ils se retrouvent à 1 yard du titre! Après une tentative de passe loupée vers Bennett, le jeu appelé est une course extérieure de White. Ce dernier s’arrache malgré une défense féroce d’Atlanta et inscrit le touchdown pour le titre grâce à un trou de souris qu’il a vu!! Les Patriots remportent un nouveau Super Bowl et Tom Brady devient le premier quarterback de l’histoire à remporter 5 Super Bowls devant Terry Bradshaw et Joe Montana. New England a réussit la remontée du siècle. C’est le plus beau titre de l’histoire de la franchise.

Direction le Super Bowl pour les Patriots

636207303433759090-usp-nfl-afc-championship-pittsburgh-steelers-at-n-88218620

Un nouveau Super Bowl pour Tom Brady et Bill Belichick. En effet, les Patriots sont venus à bout des Steelers en finale de conférence AFC.

Chris Hogan et Tom Brady ont été les fers de lance de la franchise pour remporter ce match si important.

Dès le premier drive, New England a la balle et Brady (32/42, 384 yards, 3 touchdowns) distribue parfaitement. Cependant, ils n’arrivent pas à atteindre la zone d’en-but et Stephen Gostkowski doit prendre le coup de pied pour ouvrir le score (3-0 Patriots). Quelques punts plus tard, les locaux trouvent la faille grâce à Chris Hogan (9 réceptions, 180 yards, 2 touchdowns) sur une passe de 16 yards (10-0 Patriots). Malgré la blessure de Le’Veon Bell, Pittsburgh réplique au sol par une course de 5 yards de DeAngelo Williams (14 courses, 34 yards, 1 touchdown + 7 réceptions, 51 yards) (10-6 Patriots). Hogan n’est pas en reste et inscrit son second touchdown sur une « Flea Flicker » de 34 yards (17-6 Patriots). La défense des Patriots tient bon dans le second quart-temps et ne laisse qu’un field goal pour le kicker des visiteurs, Chris Boswell, avant la mi-temps. 17-9 pour les locaux qui retournent aux vestiaires avec un avantage mérité.

La défense de New England élève son niveau de jeu dans la seconde mi-temps. Elle force des punts et provoque deux turnovers fatals à leurs adversaires. Tout d’abord, Kyle Van Noy provoque un fumble d’Eli Rodgers après une réception de ce dernier qui est recouvert par Rob Ninkovich. Puis, le second est une interception d’Eric Rowe sur une passe de Ben Roethlisberger (31/47, 314 yards, 1 touchdown, 1 interception). Du côté de l’attaque, elle continue de performer et aggrave la marque. LeGarrette Blount (16 courses, 47 yards, 1 touchdown + 1 réception, 8 yards) marque son habituel touchdown au sol à 1 yard de la ligne d’en-but après une course impressionnante de 18 yards. Ensuite, c’est Julian Edelman (8 réceptions, 118 yards, 1 touchdown) qui trouve le chemin de la end zone sur une réception de 10 yards. Stephen Gostkowski ajoute de son côté deux field goals. Cobi Hamilton (2 réceptions, 37 yards, 1 touchdown) réduit le score en fin de match mais la victoire est déjà acquise pour les Patriots. La rencontre se termine sur le score de 36 à 17 en faveur de New England qui se qualifie donc pour le Super Bowl. Ils y affronteront les Falcons qui sont venus à bout des Packers grâce à une grosse sortie offensive.

Dion Lewis s’occupe de tout pour venir à bout des Texans

636200332045423835-lewis

Les Patriots commencent son parcours en playoffs lors du divisional round en rencontrant les Texans qui ont battu les Raiders lors du précédent tour.

La première mi-temps est très étrange pour les Patriots. Les trois premiers drives se terminent sur des punts de chaque côté. Sur le quatrième, New England trouve enfin la faille dans la défense d’Houston sur une passe de Tom Brady (18/38, 287 yards, 2 touchdowns, 2 interceptions) vers Dion Lewis (2 réceptions, 23 yards, 1 touchdown + 13 courses, 41 yards, 1 touchdown) qui commence son show (7-0 Patriots). Le quarterback ne va pas être très souvent sur le terrain durant la première mi-temps. Après une réduction du score des visiteurs via un field goal de Nick Novak (7-3 Patriots). Sur le coup de pied suivant, Lewis marque son second touchdown du match en remontant la balle sur 98 yards jusqu’à la zone d’en-but adverse pour creuser l’écart (14-3 Patriots). Brady revient enfin sur le terrain mais dès sa première passe, Michael Floyd (1 réception, 9 yards) droppe la balle et le quarterback se fait intercepter… Les Texans en profite en marquant de nouveau un field goal (14-6 Patriots). Sur le kick off suivant, Lewis tente un nouveau retour mais perd la balle laissant les Texans tout proche de la end zone des locaux. Brock Osweiler (23/40, 198 yards, 1 touchdown, 3 interceptions) en profite pour marquer son seul touchdown du match en trouvant C.J. Fiedorowicz (3 réceptions, 36 yards, 1 touchdown) (14-13 Patriots). Une série de punts s’ensuit jusqu’au dernier drive de la première mi-temps où Stephen Gostkowski marque un field goal pour redonner un avantage un peu plus conséquent aux Patriots à la pause (17-13 Patriots).

La seconde mi-temps va être beaucoup plus conforme au niveau que l’on attend chez New England. Julian Edelman (8 réceptions, 137 yards) est très bien trouvé par Tom Brady sur des passes longues distances. Sur le second drive des Patriots de la mi-temps, James White  (1 réception, 19 yards, 1 touchdown) est trouvé sur une passe de 19 yards pour le touchdown (24-13 Patriots). Cependant, Brady se fait intercepter une deuxième fois redonnant de l’espoir aux joueurs de Bill O’Brien. Ils répondent par un nouveau field goal de Novak (24-16 Patriots). Toutefois, ce sont les derniers points des visiteurs. Osweiler va se trouer et se faire intercepter deux nouvelles fois. Des occasions pour la franchise du Massachusetts et elle ne se prive pas. Dion Lewis marque son troisième touchdown du match au sol cette fois-ci (première fois en playoffs qu’un joueur marque un touchdown à la course, un à la passe et un sur retour de coup de pied) et Stephen Gostkowski scelle la fin du match avec un nouveau coup de pied réussi. Victoire finale des Patriots sur les Texans 34-16. Elle a été longue à se dessiner à cause d’une défense féroce et de pertes de balle dommageables. Logan Ryan a été très présent en défense avec 7 plaquages dont 1 sack et 1 pour perte de balle, 3 passes défendues et 1 interception cruciale.

Victoire contre les Dolphins et avantage du terrain pour les Patriots durant les playoffs

13994385

Une victoire ou un match nul contre les Dolphins permettait aux Patriots de terminer premier de l’AFC East et d’avoir l’avantage du terrain durant l’intégralité des playoffs. Ils ont fait le boulot pour assurer l’avantage de jouer à domicile pendant les phases finales.

New England se rend le match facile en jouant de très belle manière dès le début du match. Durant la première mi-temps, sur chaque drive les Patriots marquent des points. Sur le premier, Tom Brady (25/33, 276 yards, 3 touchdowns) trouve une cible dans la end zone en la personne de Martellus Bennett (3 réceptions, 33 yards, 1 touchdown) pour le premier touchdown du match. Après avoir récupéré la balle et remonté cette dernière, Brady trouve Michael Floyd (3 réceptions, 36 yards, 1 touchdown) qui marque son premier touchdown tout en puissance sous ses nouvelles couleurs. Les deux possessions qui suivent voient la franchise du Massachusetts inscrire deux field goals par l’intermédiaire de Stephen Gostkowski. A l’inverse, Miami a du mal offensivement. Matt Moore (24/34, 205 yards, 2 touchdowns, 1 interception) se fait intercepter par Logan Ryan avant de trouver à la fin du second quart-temps Jarvis Landry (9 réceptions, 76 yards, 1 touchdown) pour un touchdown.

Ce touchdown redonne de l’espoir aux locaux qui repartent très bien en attaque en seconde mi-temps. Moore envoie Kenny Stills (4 réceptions, 41 yards, 1 touchdown) sur une passe de 25 yards dans la terre promise pour revenir à une possession des Patriots. Cependant, les joueurs de South Beach viennent de marquer leurs derniers points du match. Les visiteurs en profitent et Julian Edelman (8 réceptions, 151 yards, 1 touchdown) inscrit un touchdown de 77 yards grâce à un block monstrueux de Michael Floyd. Dans le dernier acte, LeGarrette Blount (14 courses, 51 yards, 1 touchdown) enfonce la défense Floridienne pour terminer le match en beauté du côté de New England.

Grâce à cette victoire combinée et à la défaite des Cowboys face aux Eagles (les deux belles interceptions de Mark Sanchez). Les Patriots finissent avec le meilleur bilan de la NFL devant Dallas. En outre, Tom Brady finit avec le meilleur ratio touchdown-interception de l’histoire de la NFL avec 28 touchdowns pour 2 interceptions.

Une promenade de santé pour les Patriots contre les Jets

NFL: New York Jets at New England Patriots

Les Patriots se sont rendus le match facile contre les Jets dans ce duel de division. Que ce soit en attaque ou en défense, New England a été efficace tout au long du match.

En première mi-temps, les locaux infligent un 27-0 à leurs adversaires. Ils inscrivent trois touchdowns à la passe ainsi que deux field goals de Stephen Gostkowski. Tout d’abord, Tom Brady (17/27, 214 yards, 3 touchdowns) trouve Martellus Bennett (2 réceptions, 19 yards, 1 touchdown) sur une passe de 5 yards, puis c’est au tour de Matt Lengel (1 réception, 18 yards, 1 touchdown) d’être trouver dans la zone d’en-but pour sa première réception et premier touchdown en carrière. Enfin, c’est le running back James White (3 réceptions, 32 yards, 1 touchdown + 1 course, 14 yards) qui va de son touchdown via le domaine aérien.

Après le retour des vestiaires, c’est au sol que le reste des points sont marqués pour la franchise du Massachusetts. Par deux fois, LeGarrette Blount (20 courses, 50 yards, 2 touchdowns) trouve le chemin vers la terre promise sur des courses d’un seul yard. Les Jets répliquent en toute fin de match sur un field goal de 29 yards de Nick Folk mais cela reste extrêmement pauvre. Le match se clôt sur le score de 41 à 3 en faveur des Patriots.

En défense, New England a forcé 4 turnovers dont 3 par le seul Malcolm Butler qui intercepte Bryce Petty (0/3, 1 interception) et Ryan Fitzpatrick (8/21, 136 yards, 2 interceptions) et recouvre un fumble. Eric Rowe intercepte également Fitzpatrick. A noter le très bon match d’Elandon Roberts qui plaque 11 fois dont 1 fois pour perte et force un fumble.

La défense des Patriots valide le billet en playoffs et la semaine de repos

920x920

La défense des Patriots a élevé son niveau de jeu face aux Broncos et cela a permis de compenser une attaque moyenne.

Lors du début du match Tom Brady (16/32, 188 yards) rate ses six premières passes entraînant de nombreux ponts mais sur l’un d’entre eux Jordan Norwood perd la balle assez stupidement rendant la balle aux visiteurs. Stephen Gostkowski en profite pour inscrire les premiers points du match sur un field goal de 45 yards. Brandon McManus égalise lui aussi grâce à un field goal. Après un premier quart-temps compliqué en attaque, New England avance mieux dans le second quart-temps et LeGarrette Blount (17 courses, 31 yards, 1 touchdown) arrive à aller en terre promise pour marquer le seul touchdown du match sur une course d’un yard. Même si Blount a marqué un touchdown au sol, c’est Dion Lewis (18 courses, 95 yards + 2 réceptions, 9 yards) qui court très bien et il fait très bien avancer la franchise.

Le reste des points sont tous inscrits par Gostkowski à travers son coup de pied. La défense a fait un énorme boulot tout au long du match avec notamment une interception de Logan Ryan alors que les Broncos sont en zone rouge. Ils récupèrent également deux fumbles avec Jonathan Jones sur équipe spéciale et Devin McCourty sur deux fumbles de Jonathan Norwood. Le pass rush a été excellent aussi avec 4 sacks et 6 plaquages pour perte.

L’attaque des Patriots vient à bout de la défense des Ravens

ar-161219743-jpgq82stampmaxw729

La série de victoires continue pour les Patriots alors que celle des Ravens vient de se terminer face aux leaders de la conférence AFC.

Malgré un début de match poussif, New England marque les premiers grâce à la défense en provoquant un safety de Baltimore. L’attaque des visiteurs est moribonde en première mi-temps, cela permet à Tom Brady (25/38, 406 yards, 3 touchdowns, 1 interception) et à ses coéquipiers de leur enfoncer la tête sous l’eau. Tout d’abord, c’est LeGarrette Blount (18 courses, 72 yards, 1 touchdown) qui s’y colle au sol en inscrivant le premier touchdown du match sur une course très proche de la zone d’en-but. Ensuite c’est au tour de Malcolm Mitchell (4 réceptions, 41 yards, 1 touchdown) de marquer un touchdown sur un tracé croisé. De l’autre côté de la balle, Justin Tucker est le seul à faire évoluer le score en première mi-temps grâce à un field goal même s’il se fait contrer un autre coup de pied par Shea McClellin. A la mi-temps, le score est de 16 à 3.

Au retour des vestiaires, les locaux continuent leur marche en avant et Brady trouve une nouvelle cible pour un touchdown en la personne de Martellus Bennett (4 réceptions, 70 yards. Le tight end inscrit un touchdown de 19 yards.
A partir de ce moment-là, la machine Patriots va s’enrayer et va laisser les Ravens revenir dans le match. Coup sur coup, Cyrus Jones et Matthew Slater commettent des fumbles laissant Baltimore avoir une très bonne position sur le terrain. Cela se conclut par deux touchdowns. Le premier par Darren Walker (1 réception, 3 yards, 1 touchdown), puis le second par Kenneth Dixon (8 réceptions, 42 yards, 1 touchdown + 11 courses, 39 yards) sur des passes de Joe Flacco (37/52, 324 yards, 2 touchdowns, 1 interception). Tucker marque aussi grâce à sa botte permettant de revenir à 3 petits points des Patriots. Cependant, une passe longue distance de Brady vers Hogan (5 réceptions, 129 yards, 1 touchdown) de 79 yards pour le touchdown creuse de nouveau le score au tableau d’affichage. Tucker réduit de nouveau la marque grâce à un nouveau coup de pied mais Baltimore n’arrive pas à égaliser malgré 7 points d’écart. Les Patriots remportent donc ce match sur le score de 30 à 23. Les frayeurs sur équipes spéciales ont failli coûter très chères alors que l’ensemble de l’équipe avait très bien joué.

 

Tom Brady devient le quarterback avec le plus de victoires en NFL en battant les Rams

cy3jxpdwqaapuzm-jpg-large

Tom Brady rentre de plus en plus dans l’histoire à chaque match. Il devient le quarterback avec le plus de victoires dans l’histoire de la NFL après la victoire face aux Rams. Il dépasse donc Peyton Manning avec 201 victoires.

La première mi-temps a été très probante du côté des Patriots. L’équipe avance bien grâce à son jeu au sol et cela se traduit par l’ouverture du score. LeGarrette Blount (18 courses, 88 yards, 1 touchdown) sur une 4&1 prend de court la défense de Los Angeles sur l’extérieur et inscrit un touchdown de 43 yards. Brady (33/46, 269 yards, 1 touchdown) trouve lui aussi ses cibles et Chris Hogan (4 réceptions, 23 yards, 1 touchdown) creuse l’écart avec un nouveau touchdown. Stephen Gostkowski ajoutera également un field goal dans cette première moitié de rencontre. A l’inverse, les visiteurs luttent en attaque. La défense de New England met une grosse pression sur Jared Goff (14/32, 161 yards, 1 touchdown, 2 interceptions) et le force à faire des erreurs comme cette passe interceptée par Malcolm Butler. La zone d’en-but des locaux restent donc inviolée pendant cette première mi-temps.

Dans le second acte, les locaux gèrent leur avantage au score. Gostkowski est le seul à inscrire des points pour les Patriots avec trois field goals. L’escouade défensive met toujours une grosse pression sur le jeune quarterback adverse et se fait intercepter une seconde fois par Kyle Van Noy. Ils arrivent toutefois à débloquer leur compteur. Tout d’abord par leur kicker Greg Zuerlein, puis par Kenny Britt (2 réceptions, 67 yards, 1 touchdown). Les Patriots remportent la rencontre face aux Rams sur le score de 26 à 10. La victoire permettant de battre le record de Peyton Manning a été aisée à acquérir grâce à une défense qui a étouffé son adversaire et une attaque qui a parfaitement déroulé ses jeux en première mi-temps.

Face aux Jets, Tom Brady atteint la barre des 60 000 yards et des 200 victoires en carrière

tom-brady

Chaque match face aux Jets, les Patriots rencontrent des problèmes face à nos meilleurs ennemis dans ce match de division. Cette rencontre n’a pas dérogé à cette règle.

Le début de match est poussif en attaque pour New England qui n’arrive pas à avancer que ce soit à la passe ou à la course. New York pour ouvrir la marque au tableau d’affichage. Tout d’abord par Nick Folk sur un field goal de 51 yards puis par un touchdown de Brandon Marshall (6 réceptions, 67 yards, 1 touchdown) sur une passe d’1 yard de Ryan Fitzpatrick (22/32, 269 yards, 2 touchdowns). Les visiteurs ne réagissent que dans le second par le biais de la botte de Stephen Gostkowski puis par le premier touchdown du match de Malcolm Mitchell (5 réceptions, 42 yards, 2 touchdowns) sur une passe de 4 yards de Tom Brady (30/50, 286 yards, 2 touchdowns). 6 secondes avant la mi-temps, les joueurs du Massachusetts ont l’occasion de prendre l’avantage mais Gostkowski rate son field goal laissant les deux équipes à égalité.

L’attaque a toujours un peu de mal à avancer mais elle arrive à scorer dans le troisième quart-temps avec un coup de pied de 29 yards du kicker. Cependant, les Jets vont reprendre l’avantage dans le dernier quart-temps avec un touchdown de Quincy Enunwa (5 réceptions, 109 yards, 1 touchdown). New York ne marquera plus du reste du match à cause d’une défense imperméable des Patriots. Du côté de l’attaque, Gostkowski inscrit de nouveau un field goal de 41 yards et Malcolm Mitchell marque son second touchdown pour que New England passe devant au score à moins de deux minutes de la fin.
Sur le drive de la dernière chance pour les Jets, Chris Long plaque Fitzpatrick et force le fumble, le ballon est recouvert par Trey Flowers entrainant la neuvième victoire de la saison des Patriots.

Sous un déluge, les Patriots l’emportent face aux 49ers

patriots-49ers-football

La défaite de la semaine dernière face aux Seahawks était la première pour Tom Brady cette saison. Il revenait dans sa région natale en jouant à San Francisco cette semaine. Il avait à coeur de prouver que c’était un accident de parcours son match sans touchdown face à Seattle.

Brady ouvre les hostilités dès le premier drive du match. Il se connecte avec Julian Edelman (8 réceptions, 77 yards, 1 touchdown) pour ouvrir le score avec le premier touchdown du match. Les 49ers s’accrochent aux basques des visiteurs en inscrivant un field goal par Phil Dawson et un touchdown de Vance McDonald (3 réceptions, 46 yards, 1 touchdown) sur une passe de 18 yards de Colin Kaepernick (16/30, 206 yards, 2 touchdowns). Du côté de New England, James White (6 réceptions, 63 yards, 1 touchdown)  y allait de son touchdown avant la mi-temps pour que les Patriots soient devant au tableau d’affichage de trois points à la fin de la première mi-temps.

Après la pause obligatoire, la joueurs du Massachusetts repartent de plus belle en usant la défense des locaux avec notamment un très bon LeGarrette Blount au sol (19 courses, 124 yards). A force de l’user, l’escouade défensive de San Francisco explose dans le dernier quart-temps. Dès le début de cette dernière, Danny Amendola (2 réceptions, 2 yards, 1 touchdown) réceptionne une passe de touchdown puis, Malcolm Mitchell (4 réceptions, 98 yards, 1 touchdown) sort un gros jeu pour marquer un touchdown de 56 yards. Enfin, Stephen Gostkowski clôt le match en inscrivant un field goal de 38 yards. Les 49ers finissent tout de même le match sur un touchdown de Shaun Draughn (3 réceptions, 43 yards, 1 touchdown). Au final, New England retrouve le chemin de la victoire en battant San Francisco à l’extérieur sur le score de 30 à 17.